La magie d'un sport singulier - La fête des fous du gazon ! - Créer, partager, transmettre

Bienvenue sur le site officiel du badmintennis

Badmintennis logo officiel

2015 : Et la fête continue !..

L'année qui suit un tournoi-anniversaire est parfois un peu compliquée, risquant de souffrir de la comparaison. Mais ce fut loin d'être le cas. On a eu l'impression que l'on poursuivait sur la lancée des trente ans, avec le retour des chalets, des décorations, des mêmes terrains, etc. D'abord, les amateurs de badmintennis ont vite trouvé leurs marques sur les "nouveaux" terrains du Pano. Ensuite, Philippe a transmis l'organisation principale aux personnes les plus dévouées et les plus motivées, qui avaient déjà bien expérimenté les coulisses d'une préparation d'une telle ampleur, ce qui donna lieu à un tournoi qui a plus que tenu la route. Jérôme, à la baguette...et au micro, a manoeuvré avec brio et investissement total, avec son associée Sophie qui n'a pas non plus été avare d'heures de travail. À leurs côtés, une équipe trop restreinte mais ô combien précieuse, autour de Mike, Christophe, Tonio, Laure, etc. et leurs aidants habituels.

Il est évident que ce rendez-vous estival restera dans les annales pour son côté festif et ses deux soirées dansantes inoubliables. N'en déplaise aux esprits chagrins qui ne participent plus à nos fêtes, arguant que "c'était mieux avant": la soirée jeune du samedi et surtout la soirée rétro du vendredi soir (années 80) ont au moins égalé celles des années 95-96-97, si pas dépassé. Des danses folles, des flirts prononcés et variés, des maladresses, des tenues vertes ou jaunes, des situations cocasses, des fous rires: tout y est passé. Il a même fallu stopper la musique à 5h40 du matin, sinon nous y serions encore...! Avec quelques acteurs plus en verve comme Vincent Bothy, Gégé, Grégory, Alain, Loïc, Gaëtan, Virginie, Véronique, etc...sans oublier la revenante Caroline Schaefs comme aux plus belles heures de sa destinée ternoise ! Quant au souper, les organisateurs sont revenus à la formule du cochon grillé qui a attiré 120 convives le samedi soir.

En ce qui concerne les matches proprement dit, le spectacle était une fois encore au rendez-vous avec ces doubles très relevés. En effet, chez les messieurs, on ne déplorait aucun absent du top 20 ! Fait rarissime... Quelques anciens étaient de nouveau de la partie avec son lot de retours sympathiques comme Magali Kaisin, Caroline Schaefs ou Olivier Santolini, tandis que, parmi les nouveaux venus, outre le terno-gallois Ronald Stewart-Vigneron, nous avons pu accueillir avec fierté l'ex-Diable Rouge, Philippe Albert, associé à notre Bertrand Mathy...national ! Si le début a été frileux, avec une température très basse (7° en soirée), les trois derniers jours ont vu le retour d'un soleil plus généreux et des conditions de jeu optimales (contrairement à 2014...). La buvette a d'ailleurs carburé comme rarement !

Chez les dames, impossible de faire des pronostics tant les duos semblaient équilibrés, même si les tenantes du titre, Christine N. et Manon avaient les faveurs. Le tournoi n'a pas déçu: beaucoup de surprises, de rebondissements et de superbes victorieuses. Lolita et Alysson retrouvaient les honneurs d'une demi-finale, ce que connaissait pour la première fois l'étonnante et efficace paire Julie Van der Kar-Pauline Fena, révélations de l'été. En finale, Nathalie J. et Caroline S. confirmaient leur complémentarité mais échouaient de nouveau dans la dernière joute. Cette fois, elles étaient vaincues par la grande révélation des années 2010, Alexandra Dache, et la douée Charlotte Rosart qui permettait à sa famille, illustre dans l'univers badmintennistique, de décrocher son tout premier titre majeur. Quelle émotion pour elles ! Et leurs parents...

Côté juniors, en revanche, pas assez de suspense. Il faut dire que pas mal d'enfants étaient absents cette année. Cela n'enlève rien au mérite de Matthias Colson et Hugo Berwart, mais Jude Wilmot, merveilleux de technique, et Adriano Corvo, impressionnant de vitalité et d'adresse, étaient très nettement au-dessus du lot.

En mixtes, un intéressant tableau. Angélique et Mike n'ont pas atteint une 5e demi-finale. Ils ont été écartés par Katty Simon et Philippe Duchêne, eux-mêmes éliminés en demi-finale (11-13 dans la belle) par les vainqueurs du tournoi, Manon Jeanmart et Denis Colson (premier titre majeur pour ce dernier !). Ceux-ci ont débordé en finale l'excellente paire des "anciens", Christine Kaisin et Frédéric Michaux, coutumiers de ces rendez-vous au sommet, qui elle-même avait écarté les réguliers Christine N'Dongo et François Rota en demi.

Et chez les messieurs, la tournure des événements s'est avérée beaucoup plus claire qu'en 2014. Une équipe a dominé assez nettement les débats. Il faut dire qu'elle avait en arrière-pensée un objectif précis: jouer au nom d'Inaki Charte, disparu brutalement 7 mois plus tôt. Ainsi, Jon, fils d'Inaki, spécialiste des doubles, renouait avec une victoire qui se refusait à lui depuis 1995, aidé dans sa quête du graal par son partenaire Philippe Duchêne. Jon se montrait irrésistible au fil des matches et réalisait la finale parfaite face aux très redoutables François Simon et Christophe Dache. Ces deux duos ont éliminé en demi-finales respectivement Jérôme Jeanmart-François Rota et Julien Piron-Julien Adnet (compagnons des soeurs Bailleux), sensations du tournoi. La suite du palmarès démontre à quel point ce tournoi fut, comme en 2014, l'un des plus relevés de l'histoire.

La remise des prix fut, comme toujours, un moment fort attendu. Les t-shirts ont recouvert les épaules des finalistes et de tous les lauréats des prix spéciaux: comme, par exemple, le prix de l'intégration qui est revenu cette année à l'excellent Laurent Moncousin. Un hommage vibrant a été rendu à celle qui a tant fait pour le quartier: Jenny, qui nous avait quittés quelques mois plus tôt. Émotion...

Seul bémol dans cette bien belle édition: les terrains n'avaient plus la même qualité que l'année précédente. Un point à améliorer pour 2016...

 

Badmintennis : Doubles 2015

Presid

Photos des doubles : ICI